Reptilia
ATTENTION:

1) Te présenter avant de poster tu devras
2) Avant 10 posts aucune annonce (de vente) tu ne posteras
3) Rester courtois tu devras
4) En bon français tu t'exprimeras
5) Sans quoi au bout de 3 avertissements tu dégageras
6) T'inscrire pour ne pas être actif tu éviteras, sinon ton compte on supprimera.



 
AccueilgalerieRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 supertitions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chamaeleo gracilis
Membre
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 19
Localisation : devant mon ordinateur ^^
Nombre de serpents : un P.Sebae juvénile
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: supertitions   Mer 22 Déc - 22:54

Salut.
CommeLilliaOoo,je tenais moi aussi a vous transmettre des legendes Very Happy
La victime sera...Cameleon!!!
Voila.Chez les Dogons du Mali, le caméléon figure dans les sanctuaires et apparaît dans les rituels comme l'animal purificateur, protecteur de la Terre et des hommes.

Pour les Pygmées Mbuti, le caméléon Aruméi aurait aidé le dieu Aribati dans sa création du monde. Cet animal sacré est aussi pour eux un objet de crainte, car ils le croient capable de manipuler l'éclair et lui attribuent la responsabilité du déluge : au temps où la Terre était vide de toute eau, Aruméi était grimpé sur le grand arbre Tii, qu'il avait fait pousser pour se rapprocher d'Aribati. Entendant des murmures à l'intérieur du tronc, il fendit l'arbre. Aussitôt, un fleuve d'eau en sortit et submergea la Terre.

À Madagascar, le caméléon n'est pas vraiment fâdy (tabou), mais, chez certaines ethnies, rencontrer l'animal annonce un malheur à venir dans la famille, surtout si le promeneur marche dessus (le premier malheur est donc pour le caméléon !). Les auteurs anciens racontent que, sur la côte orientale de la Grande Île (aujourd'hui Madagascar), le caméléon était autrefois redouté des femmes célibataires, qui l'accusaient de pouvoir leur crever les yeux d'un coup de langue et de les empêcher ainsi de trouver un mari. Ici au Congo aussi, on prétend qu'il peut attaquer en crachant dans les yeux une salive qui rend aveugle. Afin de se protéger contre ces dangers imaginaires, l'homme a tué l'animal pour lui prélever un fragment de peau ensuite porté au cou, séché dans un sachet, comme gri-gri.

En Afrique du Nord et en Espagne, au contraire, le caméléon est perçu comme un porte-bonheur. Mais, là encore, il s'est trouvé transformé en gri-gri .Dans certaines régions cependant, sa présence près de la maison est considérée comme bénéfique.

Le caméléon, avec sa maigreur, ses étranges excroissances, ses curieuses réactions de défense, ses yeux qui peuvent regarder dans des directions différentes, sa marche lente et ses possibilités de changement de couleur, a toujours frappé les imaginations et inspiré de nombreux proverbes tels que ceux cités par Raymond Decary dans son ouvrage Faune malgache (1950) : « N'imite pas le caméléon qui se gonfle d'autant plus que les amis qu'il rencontre sont faibles et malheureux » ; « Le destin est comme le caméléon sur un arbre, il suffit quelquefois qu'on siffle pour qu'il change de couleur » ; « Fais comme le caméléon en marche : regarde en avant et, en même temps, observe ce qui est derrière »...

L'origine des caméléons fait également l'objet de récits fabuleux. Ainsi, des légendes malgaches veulent que les caméléons soient le résultat de la transformation d'escargots de la forêt, ou encore qu'ils naissent de certains œufs de crocodiles.

on dit egalement qu une femme enceinte qui croise un cameleon risque un accouchement difficile.moi,les congolais me decrivent comme sorcier car je possede des reptiles(y compris des cameleons) Rolling Eyes
pauvres bestioles quand meme. Sad
Revenir en haut Aller en bas
lilliaOoo
Grande pédagogue
avatar

Nombre de messages : 4969
Age : 38
Localisation : Paris. 60, de temps à autre.
Nombre de serpents : 4 -_-"'
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: supertitions   Mer 22 Déc - 23:53

Rien à faire, je suis fan de légendes... dommage qu'elles s'ancrent souvent dans la crainte de ce que l'on ne connait pas, ou mal.

Jolie recherche, en tout cas, merci. : )

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤Signature¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Here is the deepest secret nobody knows, here is the root of the root and the bud of the bud and the sky of the sky of a tree called life; which grows higher than the soul can hope or mind can hide, and this is the wonder that's keeping the stars apart...
I carry your heart. I carry it in mine.
E.E. CUMMINGS
Revenir en haut Aller en bas
chamaeleo gracilis
Membre
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 19
Localisation : devant mon ordinateur ^^
Nombre de serpents : un P.Sebae juvénile
Date d'inscription : 22/12/2010

MessageSujet: Re: supertitions   Jeu 23 Déc - 16:08

Je vous en prie Wink
Si vous aimez bien les legendes,j'en connais d autres.
La victime sera...Serpent !!!!
Voila:les reptiles nous laissent rarement indifférents. De nombreux objets sculptés les représentant attestent que les Celtes leur vouaient un culte. Les serpents sont liés à Esculape, Dieu romain de la médecine, copié sur Asklépios, Dieu grec de la même discipline. Grecs et romains en gardaient en captivité dans leurs temples consacrés aux Dieux de la médecine. La caducée des médecins et des pharmaciens est un faisceau de baguettes autour duquel s’enroule le serpent d’Asklépios.

Le christianisme a fait du serpent l’incarnation du mal(pfff Rolling Eyes )le symbole de la tentation diabolique et de la dépravation sexuelle depuis que le serpent a tenté Eve et que l’homme fut chassé du paradis. Dans la bible, Dieu s’adresse ainsi au serpent:
« Tu seras maudit entre toutes les bêtes de la terre, tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière ». Reptile vient du latin reptila qui signifie ramper.

Le serpent est celui qui hypnotise et conduit à la mort. Comment ne pas songer à la Méduse, l’une des trois gorgones à la chevelure de serpents qui avait la faculté de pétrifier tout humain qui la fixait dans les yeux? En réalité, les accidents mortels dus aux serpents restent rares, et leur venin, comme celui des amphibiens, est utilisé par la médecine. Les thériaques (du grec, bête féroce), alcool de vipère, remèdes à base de reptiles existent depuis des temps reculés et dans toutes les cultures. Les reptiles, et principalement les serpents, subissent encore des persécutions liées à leur mauvaise réputation et sont souvent tués. Dans nos régions comme ailleurs, et dans un passé pas si lointain, ils ont été longtemps associés à la sorcellerie, au diable et à la mort.

LA MANDRAGORE:
Elle possédait un corps et des pattes de lion, une tête humaine et une queue de serpent. Dans d’autres versions, c’était un serpent terrifiant de « 50 pieds de longueur ». Elle errait autour de Bussière-Boffy et terrorisait la population. Elle exigeait de jeunes vierges comme nourriture. Parce qu’elle dévastait les campagnes, les consuls de Limoges finirent par lui céder une jeune fille par mois pour calmer son appétit féroce. Un jeune homme amoureux et courageux, Guyot de saint-Quentin qui apprenait le métier des armes à Mortemart, voulut sauver la femme qu’il aimait et attaqua le monstre près de la butte de Frochet, la blessant grièvement. La mandragore alla se noyer dans l ‘étang de l’Eaupéride.


La mandragore des avares limousin de l’ancien temps.
(D’après A. Boisse, Saint-Priest-Sous-Aixe)
C’était un serpent couleuvre à collier que le diable donnait à ceux qui concluaient des pactes avec lui. Elle vivait dans le four de son propriétaire qui la nourrissait de lait. Le jour de Noêl, il devait la porter à la messe et lui sortir la tête pour qu’elle puisse fixer l’hostie. Il fallait alors quitter l’église et elle pondait des louis d’or. Quand l’avare sentait qu’il allait mourir, il demandait à son aîné d’allumer le four. La mandragore ou "mandigore" sortait, se faisait caresser une dernière fois par son maître qui la renvoyait dans son four, ou elle brûlait alors stoïquement.

LE CINGLAR.
« Lou singlhan » ou « singlhar » était le nom donné selon les endroits, à la couleuvre d’Esculape ou à la couleuvre verte et jaune. Elle était disait-on, longue comme un fouet, grimpait aux arbres et était capable de sauter sept planches de labour (4m50 environ). Lorsqu’elle vous avait repéré, il ne fallait pas rester à découvert dans un champ, mais suivre le fond d’une raie, sinon elle vous attrapait en quelques bonds

LE LIÔ.
Dans l’est de la Haute-Vienne, une couleuvre légendaire, surnommée le liô se dissimulait dans les ruines et hantaiet les dolmens, comme à La Tamanie, près d’Oradour-Sur-Vayres. Elle correspondrait à la couleuvre verte et jaune, appelée aussi barboto à Mézières, ou sar au sud et au sud-est de la Haute-Vienne.

LA LEGENDE DE THOURON.
Un soir de décembre 1814, un attelage élégant arriva à Thouron et franchit le portail du château. Un vieux monsieur, monsieur Eudel, accueillit une jeune et belle dame, Dame Henriette de Wesbeck, suivie de sa femme de chambre. Elle décéda peu de temps après et fut embaumée et ensevelie avec ses bijoux dans un cercueil de vere. Monsieur Eudel lui rendait visite chaque jour. Un soir, il aperçut un serpent enroulé autour du cou de la morte et fit alors murer son tombeau, puis vendit son domaine

LE ROCHER DU SERPENT.
(Rapportée par Jeanne de Sazilly)

Les habitant d’Egletons et de Rosiers craignaient un serpent géant qui avait élu domicile dans un rocher entre les deux communes. Un jour, un soldat monté sur une mule, accompagné d’un enfant, s’arrêta à hauteur du rocher, l’enfant voulant cueillir des fleurs. Le serpent surgit, prêt à le dévorer. Aussitôt, le soldat combattit la bête et la terrassa. L’homme se sentant mourir, demanda qu’on rapatrie son corps à Tulle, sa ville natale. Les habitants reconnaissants exaucèrent ce vœu. Depuis la roche du serpent a gardé les empreintes de la mule, du pied du soldat, de celui de l’enfant et celle d’un cercle traversé par une trace de lance

MOUSSE-GAGNET.
(Rapportée par A. Thévenot)
Au 15ème siècle, le fossoyeur Urbain Gagnet vivait pauvrement à La Souterraine, en Creuse, avec ses deux fils. Le 34 décembre 1556, il conseilla à ses fils de sonner longtemps les cloches pour célébrer Noêl et s’absenta durant la nuit. Ai lieu- dit, La Croix Des Chemins, existait un souterrain qui renfermait un trésor. Personne n’en était jamais revenu. Urbain y pénétra et remplit un sac de pièces d’or, mais fut enfermé et se crut mort. Il se réveilla au bout d’un mois. Des chauve-souris s’agrippaient à son crâne, des insectes couraient sur sa peau, une mousse verte avait recouvert son corps, et reptiles, batraciens et scorpions y avaient élu domicile. Urbain put sortir un an après, avec son or. Un spectre lui révéla qu’il s’appelait maintenant Mousse- Gagnet. Ses fils ne le reconnurent pas et le sac ne contenait plus que des ossements. Mousse- Gagnet se traîna au cimetière pour y mourir. Ses fils l’enterrèrent avec les os du sac derrière le pilier de la porte du cimetière. Sa figure s’y grava dès le lendemain. Mousse- Gagnet était le gardien du cimetière, et sa figure de pierre effraya longtemps les enfants

LE ROCHER DE LA BARTINAUDE.
(Rapportée par le docteur H. Taguet)
Ce rocher faisait partie d’un chaos granitique situé à 300 mètres de la route de Saint-Yrieix- Le- Dejalat, dans le canton d’Egletons. Il était habité par le géant Bartinaud et par sa femme, Bartinaude. Quand l’armée du roi vint arrêter le géant, il cria à sa femme de fermer la porte, et elle dort dans le rocher depuis des siècles. Un jour, un énorme serpent sortit d’une fissure et déposa des pièces d’or sur le tablier d’une bergère qui séchait au soleil. La bergère s’empara du trésor et, poursuivie par le serpent, ne dut son salut qu’à la Corrèze, à son origine qu’elle mit entre elle et lui.
Un parisien voulut percer le secret du rocher et vint avec des ouvriers. Quand ils voulurent ouvrir la porte, un bruit effroyable retentit dans la caverne. Les yeux flamboyants d’un monstre rouge apparurent dans la fissure et tout le monde se sauva. Le rocher de la Bartinaude garda son secret.

LES TROUS DES FEES.
La tradition rapporte que les trous ne sont que le commencement d’une galerie menant à un palais souterrain, dans lequel vit un génie puissant. Âgé et vêtu de blanc, il porte une barbe blanche et une couronne. Pour accéder jusqu’à lui, il faut d’abord passer devant l’antre de la fée, à moitié lion et à moitié serpent. Elle crache des flammes, paralyse l’imprudent et l’avale. Son ventre devient transparent et le génie, observant l’avalé, décide si la fée doit le recracher ou non. Celui qui peut ressortir est devenu jeune et beau et le génie lui offre un talisman pour tout réussir.
Le proverbe limousin « Sortir du trou de la fée » signifie être né sous une bonne étoile, ou moins employé, être né bien coiffé.

PROVERBES ET CROYANCES DIVERSES LIES AUX REPTILES.
-Les serpents ont la réputation d’entrer dans les maisons, de s’approcher des bébés et de les étouffer.
La couleuvre est appelée « la testa vacha » et a la réputation de téter les vaches. Pour l’en empêcher, il faut suspendre un lézart vivant dans l’étable(le pauvre)

Les orvets assimilés aux serpents étaient tout autant redoutés:
« Si lo vanuei ovio dous ovei e lou serpent sas dens, li aurio pus un chrétien »
Si l’orvet avait des yeux et la couleuvre des dents, il n’y aurait plus un vivant.

Les lézards sont mieux considérés dans la croyance populaire. Ainsi, leur queue porte bonheur, celle du petit lézard gris. Ils passaient pour sauver les hommes des vipères en attaquant les reptiles menaçants.

En sorcellerie, pour jeter un mauvais sort, il fallait cacher une « charge » sur la trajectoire de celui que vous vouliez ensorceller (serpent ou lézard).

Lorsqu’une vipère vous avait mordu, il fallait piquer tout le tour de la morsure avec un chardon-pique de crapaud (La datura?). Ensuite, la vipère mourrait.

PROVERBES ET EXPRESSIONS.
« Los madiaus sautom, ve far orage
Si les orvets sortent, il va faire orage.

« Qu’es’ na rapieta, es magre coma’ n’ esgrinjola » se dit d’un homme gringalet.
« Es enrajat coma un lesert » signifie: il est enragé comme un serpent.

« Es verd coma un lusert » Il pleut comme un serpent.

Yves lavalade dans son guide occitan de la flore, Limousin-marche-Périgord note que le mot serpent signifie souvent que la plante est sauvage et présente peu d’intérêt pour l’homme. L’alkékenge par exemple qui se développe dans les décombres et les haies est nommée « L’erba de serp »
La jacinthe des bois: « la lissa de barbota » ou l’ail des couleuvres.
Le sceau de Salomon toxique: « Le muguet de serp »
La gesse sans feuilles ou pois de serpent: «Lo peseu de serp »

Les noms occitans des serpents.
L’orvet, du latin orbus, aveugle: l’anadueln, l’aduelh ou l’ enduelh.

Le lézard: lo lusert pour le gros lézard vert.

Le lézard gris des murailles, appelée la rapiette: rapieta, esgrinjola, la grisolla la luserta (19), la serpauda(87), la sargate(basse-Marche)

La couleuvre: La colora la barbota, la coù- blanc(couleuvre à collier).

Le serpent: la serp et nombreux dérivés: serpilhos, serpe jar, serpentar(serpenter), espolha- serp(qui dépouille les serpents) désigne la lucane ou cerf-volant.

à suivre, lexique et bibliographie.

J'espere que ca vous a plu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: supertitions   

Revenir en haut Aller en bas
 
supertitions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reptilia :: LE REPTILARIUM :: Discussion générale terrario.-
Sauter vers: